Manga – Jabberwocky 1, Glénat

Le titre de ce manga est immanquablement inspiré du poème de Lewis Caroll du même nom, issu de l’oeuvre « De l’autre côté du miroir », la suite de « Alice au pays des merveilles ». Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Hisa Masato fait honneur à cette référence prestigieuse tant l’univers qu’il met en place est riche de références et délirant.

Images_9782723498814

Au départ, l’histoire prend des tournures de récit d’espionnage. Lily Apricot, une espionne anglaise un peu trop portée sur la bouteille est mandatée, sur la demande des Russes, pour retrouver un mystérieux orbe de pouvoir dérobé au Tsar. C’est lors de cette mission très spéciale qu’elle est approchée par les agents de Chateau d’If, une mystérieuse organisation secrète.  Très vite le mystique et le fantastique font irruption au cœur de l’intrigue avec l’entrée en scène de dinosaures ayant survécus à leur prétendue extinction et qui revendiquent aujourd’hui la domination de la terre.

A partir de là, les chevaux sont lâchés. L’histoire prend un rythme effréné suivant un chemin parsemé de nombreuses références littéraires, artistiques et populaires. Ainsi, au delà du titre dû à Lewis Carrol, ce sont autant de références à Rimbaud, Balzac et Dumas que l’on retrouve. Mais aussi le fameux Crystal Palace de Paxton ainsi que le western Sabata interprété par Lee Van Cleef qui prête ici son nom à l’un de nos 2 héros qui est une fine gâchette. Mais là ou tant de références pourraient confiner au joyeux bazars, elles sont ici très bien utilisées donnant plutôt à l’ensemble un petit goût de la « Ligue des gentlemen extraordinaires » d’Alan Moore.

Jabberwocky441554

Côté dessin, l’auteur est visiblement inspiré par Frank Miller. Son utilisation du noir et blanc  s’appuyant sur les jeux de contraste et de négatif ne peut mentir. Malheureusement, sa maîtrise n’atteint pas celle du maître américain, et la lisibilité en souffre parfois, surtout lors des scènes d’actions. Le trait anguleux quant à lui, me fait penser au style de Mike Migola.

Jabberwocky est un manga de caractère qui se démarque par son style et ses influences. Et cela est bienvenu dans une production qui à tendance à manquer d’originalité.