Lectures BD de la semaine – n°4

  • Golden Kamui 1, Satoru Noda, Ki-oon

2016-09-16-08-15-49-1

Golden Kamui est un manga d’aventure qui prend place au début du XXème siècle dans le japon historique et traditionnel. Mais ce n’est pas pour autant un manga contemplatif emprunt d’austérité comme c’est souvent le cas dans ce genre. Ici, au contraire, c’est vraiment l’aventure qui rythme le récit. Son héros est un ancien militaire ayant survécu à de nombreuses batailles de la guerre russo-japonaise. Eprouvant des difficultés de réinsertion, il préfère chercher de l’or dans le sauvage nord de l’archipel nippon. Mais c’est dans une véritable chasse au trèsor qu’il s’embarque, accompagné  d’Ashirpa, une jeune Aïnou qui est l’occasion pour l’auteur de faire de nombreux focus sur cette peuplade quasi disparue. Le dessin est très fin et expressif et le découpage plutôt linéaire mais pour autant, le tout ne manque jamais de rythme. Mon avis : immanquable !

  • Karma City 1, P.Y. Gabrion, Dupuis

2016-09-16-08-17-03-1

Au premier abord, Karma City est un livre atypique dans le catalogue des éditions Dupuis. En effet, ce tome 1 est la première moitié d’un diptyque de science fiction d’anticipation post-apocalyptique, un genre plutôt rare chez l’éditeur de Marcinelle. De plus, l’épais volume découpé en 4 chapitres prend la forme d’un polar dans un monde ou chacun doit répondre de son karma aux yeux de la société alors qu’il est contrôlé en permanence. Mais la lecture commencée, on se retrouve très rapidement en territoire connu. Par le dessin  semi réaliste tout d’abord, très en accord avec celui du journal de spirou, et par le ton de l’histoire, son humour et la caractérisation des personnages typiques des séries d’aventures de chez Dupuis. Pour finir, on passe un excellent moment de lecture quelque part entre Soda et “Les brigades du temps”. Mon avis : laissez-vous tenter !

  • La drôle de vie de Bibow Bradley, Nicolaï Pinheiro, Sarbacane

2016-09-16-08-17-20-1

De par son ascendance, on ne pouvait pas dire que la vie de Bibow Bradley serait exceptionnelle. Pourtant, le garçon qui ne connaissait pas la peur allait connaître un destin hors du commun et peut-être même changer la face du monde. Vous voulez savoir comment ? Alors lisez cette BD qui vous entraînera dans une aventure très plaisante aux cœurs des années 50 et 60, sur le ton d’un thriller aux ressorts scénaristiques efficaces. Le tout porté par un graphisme de très bonne facture au style assumé. Mon avis : laissez-vous tenter !

  • Ravage 1, Morvan/Walter/Macutay, Glénat

2016-09-16-08-17-39-1

Il est surprenant que l’adaptation de Ravage, le chef d’œuvre de Barjavel, n’ai pas vu le jour plus tôt en BD. Et c’est dans une adaptation plutôt musclée qu’elle arrive. Les auteurs ont choisi une mise en scène spectaculaire servie par un graphisme puissant au cadrages audacieux. Un gros travail est fourni côté dessin, mais cela n’est pas suffisant à mon goût. En effet, côté découpage, il me semble que les ellipses son trop brutales conférant à la lecture un côté très saccadé qui m’a parfois laissé sur le côté. On a sans cesse le sentiment d’avoir manqué des informations. Cela ne nuit pas à la compréhension générale mais on peine à rester dans le récit. Mon avis : sans plus !

  • Peireira prétend, A. Tabucchi & P.H. Gomont, Sarbacane

2016-09-16-08-18-19-2

Que de chemin parcouru pour Pierre-Henri Gomont depuis “Catalyse”, album aux ambiances froides et chirurgicales paru en 2011 mais déjà très prometteur. “Pereira prétend”, qui vient de sortir chez Sarbacane le classe définitivement parmi mes auteurs à suivre. Un dessin superbe rehaussé de couleurs éblouissantes pour faire vivre des personnages marquants en plein régime salazariste. Beaucoup de trouvailles narratives au service l’adaptation littéraire confèrent au personnage principal une grande sympathie. Sans parler des postures qui sont données aux personnages qui parlent souvent à leur place tant elles semblent naturelles. Mon avis : immanquable !

  • A coucher dehors 1, Ducoudray & Anlor, Grand Angle

2016-09-16-08-18-09-1

Après le jolie succès d’Amère Russie, Ducoudray et Anlor reviennent avec un nouveau diptyque chez Bambou dont le premier tome est tout aussi prometteur, sinon plus. Cette fois-ci, c’est une jolie chronique sociale qui prend des airs de conte moderne qui se joue sous nos yeux. Ducoudray a tout le talent qu’il faut pour écrire ces personnages SDF forts en tempérament qui vont devoir s’occuper d’un jeune homme trisomique, et Anlor sait leurs donner les atours qui vont bien. Une BD sympathique qui change un peu de la production générale et qui n’est pas sans rappeler le désormais illustre précédent que sont “Les vieux fourneaux”. Mon avis : laissez-vous tenter !