Comics – Coffin Hill 1, Urban Comics

En 2015, Urban Comics entend continuer à nous proposer de nouveaux titres indépendants en parallèle de la licence DC. Le programme débute avec l’une des dernières séries en date du label Vertigo : « Coffin Hill » de  Caitlin Kittredge et Inaki Miranda dont il est question ici.

coffin-hill-comics-volume-1-tpb-hardcover-cartonnee-224194

La série régulière a débutée fin 2013  aux USA et compte déjà 14 épisodes. Ce 1er tome chez Urban reprend les 7 premiers qui correspondent au premier arc plus l’épisode 7, un one shot dessiné par Stephen Sadowski et Mark Farmer

Eve Coffin est le dernier rejeton en date de la lignée Coffin,  une vieille famille de notable de la Nouvelle Angleterre. Accessoirement, elle est aussi la dernière d’une lignée de sorcière engendrée avec Emma, ancêtre d’Eve et rescapée du fameux procès des sorcières de Salem à la fin du XVIIème siècle. Emma s’installe alors à Coffin Hill, condamnant la petite bourgade et les bois alentours, mais aussi sa descendance à une malédiction éternelle. Le décor est planté : sorcières, magie noire, terre maudite et comptine ensorcelante. L’ombre de Stephen King plane aussi sur Coffin Hill.

COFFIN_1_preview5

Caitlin Kittredge est avant tout romancière et cela se sent. Elle livre un récit sans véritable surprise et de facture classique. Rythmé de nombreux flash-backs  qui nous ramènent 10 ans en arrière l’histoire se laisse lire sans difficulté car il reste malgré tout plutôt linéaire, le passé éclairant le présent. Dans ce premier arc, les personnages on des profils intéressants mais ils restent sans véritable profondeur. Un défaut que j’attribue volontier aux scénaristes issus du roman, tant les moyens sont différents entre les 2 modes d’expressions.

Le dessin d’Inaki Miranda me laisse une bonne impression. Il est maîtrisé et abordable, son découpage et ses cadrages sont agréables et la mise en couleur fait parfaitement son office au niveau des ambiances. Mais graphiquement, ce sont encore les couvertures de Dave Jonhson les plus plaisantes.

coffin-hill-1-vertigo-kittredge-miranda-01

Pour conclure, on a un récit agréable à la lecture, bien écrit et au dessin de qualité qui plaira aux amateurs du genre sans rebuter les autres car d’approche facile. Pour ma part, j’ai passé un bon moment, mais je lui préfère quand même la série « Rachel Rising » de Terry Moore, (2 tomes parus chez Delcourt) pour ses personnages plus réalistes et son approche plus intimiste.