Category Archives: Dernières lectures

Chroniques de lecture, approfondies, brèves

Ma sélection de Janvier 2017

Scalp, Hugues Micol, Futuropolis Hugues Micol, dont le dessin éclate toujours davantage quand il n’est pas circonscrit dans des cases nous livre une de ses oeuvre les plus abouties. L’épopée…

Lectures BD de la semaine – n°5

Chroniques New-Yorkaises, Akino Kondho, Le lézard noir Chroniques New-Yorkaises, c’est le quotidien d’une jeune étudiante japonaise qui décide de s’installer à New-York dans le cadre d’un programme d’échange culturel avec son…

Lectures BD de la semaine – n°4

Golden Kamui 1, Satoru Noda, Ki-oon Golden Kamui est un manga d’aventure qui prend place au début du XXème siècle dans le japon historique et traditionnel. Mais ce n’est pas…

Lectures BD de la semaine – n°3

Forçats 1, Bedouel & Perna, Les Arènes BD Le retour des auteurs de la série Kersten, parue chez Glénat, se fait de bien belle manière avec Forçats chez Les Arènes…

Lectures BD de la semaine – n°2

Talc de verre, Marcello Quintanilha, çà et là Quintanilha avait déjà surpris avec Tungstène, un polar décalé autour d’un fait divers insignifiant prenant des proportions démesurées tout en entraînant le lecteur…

Lectures BD de la semaine – n° 1

Coquelicots d’Irak, Lewis Trondheim & Brigitte Findakly, L’Association Dans la lignée de Persepolis et du L’Arabe du futur, Brigitte Findakly nous livre ses souvenir d’enfance passés en Irak par le prisme…

Homicide : une année dans les rues de Baltimore, Philippe Squarzoni, @DelcourtBD

  Après un étonnant détour par l’héroïc-fantasy avec Mongo est un troll, voici Squarzoni de retour avec une adaptation du documentaire de David Simon ayant inspiré le série The wire…..

Platinum End 1, Ohba & Obata, @KazeFrance

#Chronique #manga – Platinum End 1, Ohba & Obata, @KazeFrance
Retour en VF de l’un des duos d’auteur parmi les plus appréciés du lectorat manga. J’ai nommé les auteurs de Bakuman et surtout de Death Note.

Leur nouvelle série, Platinum End, se rapproche d’avantage du tant apprécié Death Note au niveau du genre. On a une série fantastique dans laquelle le héros, accompagné d’un ange à qui il doit de fabuleux pouvoir de contrôle, doit rivaliser de malice et d’ingéniosité dans une compétition qui pourrait le hisser au rang de Dieu.

Cependant, à la lecture de ce tome 1, on ne ressent pas l’ambition et l’incroyable potentiel qui se dégageait dès le départ chez Death Note.
Côté dessin, Obata est au rendez-vous. Un graphisme toujours aussi clair, des planches d’une grande lisibilité et d’un grand dynamisme malgré tout.

Une lecture somme toute très agréable qui révélera peut-être des ambitions plus poussées dans les prochains tomes qui satisferont pleinement les nostalgiques de Death Note.

Atom the beginning 1, Yûki & Kasahara, @EditionsKana

#Manga du jour : Atom the beginning 1, Yûki & Kasahara, @EditionsKana
L’oeuvre d’Osamu Tezuka n’en fini pas d’inspirer les auteurs de mangas. Après Pluto de Naoki Urasawa qui prenait ses origines dans certains chapitres d’Astro Boy, voici Atom the beginning qui imagine les débuts des 2 savants qui ont créé le petit robot.

On prend toujours autant de plaisir à replonger dans l’univers imaginé par Tezuka. L’histoire racontée ici est crédible et prend parfaitement sa place dans la mythologie de l’oeuvre originale.
Graphiquement le titre est très plaisant. Tout en utilisant un style moderne très efficace, le dessinateur n’hésite pas à forcer les traits de ses personnages et robots rendant clairement hommage au style du maître.
Une bonne pioche pour Kana avec cette série qui compte à l’heure actuelle 2 volumes au Japon.

Un tout petit bout d’elles, Zidrou & Beuchot, LeLombard

#BDduJour : Un petit bout d’elles, Zidrou & Beuchot, @LeLombard
Pour ce 3ème volet de leur trilogie africaine, les auteurs s’empare du thème de l’excision qui mutile des millions de femmes en Afrique. Comme à son habitude, Zidrou traite le sujet avec beaucoup de pudeur et d’humanité sans porter de jugement sans appel. Il met en évidence la difficulté d’enrayer le phénomène et de la dimension culturelle qu’il a pu revêtir.
En seconde lecture, l’album traite aussi de l’exploitation chinoise du continent après le départ des européens. Le tout avec beaucoup de lucidité et de respect pour les populations locales.

Le dessin de Beuchot reste simple à lire et est purement illustratif. Il n’a rien d’exceptionnel mais le fond de l’histoire n’en a que plus d’impact.

Même si l’album n’a pas vocation à apprendre du nouveau sur le sujet, il est en mesure de sensibiliser des lecteurs sur son propos.