BD – Aire libre a 30 ans

En 2018, la collection Aire Libre fête ses 30 ans d’existence, un âge très honorable pour une collection de bande-dessinée.

Créée en 1988 à l’initiative de Jean Van Hamme et Philippe Vandooren pour le compte des éditions Dupuis, Aire Libre a l’ambition de proposer aux auteurs un espace de liberté qui n’existait pas encore chez Dupuis. En effet, avec les mutations de la BD vers l’âge adulte et l’apparition concomitante de nouveaux éditeurs tels que Futuropolis ou Glénat durant les années 70, Dupuis était plus que jamais le représentant de la BD belge classique, une image largement relayée auprès du grand public par le fameux “Journal de Spirou“. Même Casterman, autre tenant de la BD belge classique avait entamé son évolution en créant la revue (A suivre).

Et l’aventure est un succès ! Elle commence avec “Voyage en Italie de Cosey et proposera à sa suite certaines des oeuvres les plus marquantes de la BD : L’enragé de Baru, Le vol du corbeau de Gibrat, Le photographe d’Emmanuel Guibert, Lune de guerre de Hermann et VanHamme, Sos Bonheur de Griffo et Van Hamme L’aigle sans orteils de Lax, Déogratias de Stassen, Muchacho d’Emmanuel Lepage, Portugal de Cyril Pedrosa pour n’en citer que quelques uns.

30 ans plus tard, alors que beaucoup n’existent plus, Aire Libre est devenue une collection emblématique du paysage éditorial et continue de proposer des œuvres marquantes qui feront date dans l’histoire du 9ème art.

Et pour entamer avec éclat les festivités qu’impose un tel anniversaire, l’éditeur nous propose en ce début d’année “Cinq branches de coton noir” de Steve Cuzor et Yves Sente. Ce roman graphique revient sur la fondation des Etats-Unis d’Amérique et sur la place des populations afro-américaines dans celle-ci. Pour cela, Sente à une idée simple mais très habile : et si la première bannière étoilée réalisée Betsy Ross avait recelé en son sein une 14ème étoile représentant les afro-américains. Auquel cas, ce drapeau perdu lors d’une bataille fait figure d’artefact qui doit à tous prix être récupéré. Et comme en écho à cet événement, ce sont trois soldats noir-américains qui vont, lors de la seconde guerre mondiale, tenter de réaliser l’impossible en partant à sa recherche pour appuyer la cause et améliorer la condition de leurs semblables.

Steve Cuzor, le dessinateur, est très à l’aise dans ce genre de registre (on lui doit notamment l’excellente série O’boys chez Dargaud). Il livre des planches remarquables dont la mise en couleur, travaillée en séquences monochromes, rehausse le réalisme du trait et la précision extrême de ses encrages. Une partition graphique qui place d’emblée ce nouveau titre parmi les incontournables de la collection Aire Libre à laquelle on prête encore volontiers un long et bel avenir !