Angoulême 2016 : le palmarès officiel

logo_bd_angouleme

Photo © 9e art +

Le grand prix :

On l’a appris avant même que le festival n’ouvre ses portes au public, c’est Hermann qui succède à  Katsuhiro Otomo au titre des grands prix de la ville d’Angoulême. Quand on sait que ce prix est censé récompenser une carrière, qui d’autre qu’Hermann, un des rares auteurs complet à  encore pouvoir dessiner 2 albums par an, pouvait y prétendre. Découvrez Hermann sur le site du FIBD en cliquant ici.

1-3-grprix

Photo © 9e art +

 

La palmarès officiel :

  • Fauve d’or : Ici, Richard McGuire, Gallimard

43_p0

  • Fauve Prix spécial du jury : Carnet de santé foireuse, Pozla, Delcourt

_CARNET DE SANTÉ FOIREUSE - C1C4 OK AUTEUR.indd

  • Fauve Prix de la série : Ms Marvel, Gwendolyn Willow Wilson & Adrian Alphona, Panini

49_p0

  • Fauve Prix Révélation : Une étoile tranquille, portrait sentimental de Primo Levi, Pietro Scarnera, Rackham

36_p0

  • Fauve Prix du public : Cher pays de notre enfance, Etienne Davodeau & Benoît Collombat, Futuropolis

29_p0

  • Fauve Prix du patrimoine :  Vater und Sohn, E.O.Plauen, Warum

12_p0

  • Fauve Polar SNCF : Tungstène, Marcello Quintanilha, çà et là

5_p0

  • Fauve Jeunesse : Le grand méchant renard, Benjamin Renner, Delcourt

Sans titre-2

  • Fauve Prix de la BD alternative : Laurence 666, éditions Mauvaise foi
lolo

Photo © 9e éditions Mauvaise foi

Analyse :

Avant tout il faut souligner ici la particularité de la sélection officielle de cette édition. Une sélection dans l’ensemble plutôt pointue et de laquelle la BD franco-belge traditionnelle et populaire était quasi absente. A la place de cette dernière, en revanche, elle faisait la part belle aux œuvres américaines et japonaises. Et je dois dire qu’il en ressort un palmarès qui me réjouit beaucoup et qui je crois, s’assume comme il ne l’avait pas fait depuis plusieurs années.

Tout d’abord l’absence de production franco-belge traditionnelle dans la sélection est largement compensée par le grand prix de l’année, Hermann, grand maître du genre s’il en est. C’est là une belle récompense pour toutes ces productions qui ont fait du 9ème art ce qu’il est devenu aujourd’hui en France.

Ensuite, le prix du meilleur album pour Ici de Richard McGuire, un album qui selon moi comporte tous les critères de sélection pour ce prix. Un album de qualité, plein d’originalité et qui apporte beaucoup à la BD en faisant évoluer ses codes. Il y a bien longtemps selon moi que le prix avait oublié d’être audacieux, récompensant des albums de grande qualité, certes, mais bien plus adaptés au Prix du public. Ainsi, je pense aussi que Cher pays de notre enfance, de Davodeau est à la place qui lui convient.

Je me réjouis de la récompense d’un comics mainstream de super-héros tel que Miss Marvel car il me semble que c’est une première. De plus la série le mérite beaucoup car elle tire vraiment ce genre souvent décrié vers le haut.

Rien à dire pour le prix spécial du Jury et le prix révélation qui à nouveau jouent bien leur rôle même si plusieurs autres prétendants auraient convenus comme Murderabilia, Hans Fallada, La fille de la plage ou bien encore La favorite. De même pour le prix du polar qui continue de mettre en avant des œuvres atypiques et exigeantes dans une catégorie récompensant un genre très populaire. Ainsi Tungstène est un digne successeur de Petites coupures à Shioguni  de Florent Chavouet (2015) et autre Castilla Drive de Anthony Pastor (2013).

Deux petites déceptions cependant concernant ce Palmarès. Tout d’abord l’absence de manga parmi les œuvres primées sous la présidence de Katsuhiro Otomo, et notamment l’oubli de Cette ville te tuera de Yoshihiro Tatsumi dans la sélection Patrimoine. Mais le choix était difficile et le choix de Vater und Sohn, cette œuvre oubliée redécouverte se justifie pleinement, ne serait-ce que par le contexte de sa création et le destin tragique de son auteur.

Enfin petite déception aussi par la remise du Fauve jeunesse à Le grand méchant renard de Benjamin Renner déjà primé par ailleurs. J’y aurais préféré L’insubmersible Walker Bean d’Aaron Renier aux éditions Sarbacane, la meilleure publication tous publics de 2015 selon moi. Mais là, ce n’est peut-être pas tout à fait objectif !

Quelques titres que j’aurais récompensé à découvrir :